Isabelle

Parson

Description

 

Échelonnée sur une période d’un mois, mon exploration s’est développée en deux temps, d’abord la collecte de matière trouvée que je me suis appropriée, et ensuite la documentation minutieuse du site et de ses particularités spatiales.

 

Mon premier geste a été de récolter plus d’une cinquantaine de pièces de matériaux ou d’objets trouvés au hasard dans le périmètre de la serre et chez moi quotidiennement. J’ai aussi généré de la matière vivante en cultivant à la maison des bactéries dans divers contenants translucides, comme des pots de pétris, un pilulier, etc.

 

Une fois ma collection suffisamment développée, je l’ai transporté à l’intérieur de la serre pour la documenter par le biais de la photographie, à la manière d’un chercheur ou d’une laborantine, travaillant sur des échantillons de sang ou de cellule, ou encore à la manière de l’archéologue cumulant et classant des artefacts. Une à une, j’ai photographié mes trouvailles sur une surface blanche enveloppées par la lumière naturelle et diaphane de la serre. Parfois, je jumelais deux ou trois objets ensemble. Ma dernière intervention fut de documenter l’espace de la serre en photographiant à l’intérieur et à l’extérieur. J’intervenais parfois en ajoutant à l’espace une matière ou en explorant sa relation à des formes et des matières différentes, de nature similaire ou opposée, telle qu’une herbe, un ballon, de la chaire ou du plastique. 

 © 2020 Isabelle Parson.